Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 22:30

 

Lilou sur la terrasse00

 

Non LILOU, tu ne rêves pas, la porte est enfin ouverte !

 

Lilou sur la terrasse01

 

Quel bonheur de profiter du soleil en direct...

 

Lilou sur la terrasse03

 

...de s'initier à l'escalade comme DENTELLE !

 

Lilou sur la terrasse08

 

Oupsss, c'est haut !

 

Lilou sur la terrasse09

 

Pour redescendre on va procéder par étapes...

 

Lilou sur la terrasse05

 

FAUVE en est béat d'admiration !!!

 

Lilou sur la terrasse07

 

MITSIE n'essaie même pas... elle connaît ses limites.

 

Lilou sur la terrasse10

 

On recommence demain. Un peu de sport, ça permettra peut-être de compenser les effets indésirables de la gourmandise !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Velenna - dans Ma tribu féline
commenter cet article

commentaires

Gotrekounette 29/04/2010 21:29



La chance, j'aimerais que les miens gambade un peu (mais avec un collier pour ne pas s'échapper).



Velenna 29/04/2010 22:22



Tu as raison... l'article que je viens de publier en atteste !



Pupucefreewoman 28/04/2010 11:12



wouaaah, ça c'est une belle journée pour elle. D'ailleurs elle à l'air de prendre tout de suite ses aises !



Velenna 28/04/2010 17:38



La Demoiselle prend ses aises et se charge de me rappeler à l'ordre si je ne respecte pas à la lettre les rituels que ces petites majestés m'imposent !



kokeen. 27/04/2010 22:54



elle est vraiment superbe , on sent dans son regard la peur de l'inconnu qui peu à peu s'estompe


elle semble bien mieux dans ses coussinets et cela fait chaud au coeur


bizzzzzzzzz et calinous à la tribu



Velenna 28/04/2010 10:50



Lilou prend effectivement de l'assurance. Il faut la voir me rappeler l'heure du petit en-cas lorsque j'ai tendance à m'attarder.



Armide 26/04/2010 08:35



Nouvelle pensionnaire elle vient de mettre bas


Il y a deux mois de cela, j'ai trouvé sur le seuil de ma porte, une boite contenant une magnifque chatte tricolore de type angora.
Partageant déjà mon toit avec un chien (sociable avec toute espèce animale) et une chatte, je lui ai néanmoins réservé une pièce parmi les trois que compte mon petit appartement afin qu'elle
jouisse de la tranquilité requise pour reprendre ses esprits, une double porte interdisant toute incursion des "maîtres des lieux" restant précautionneusement close. Une note accompagnait "le
dépôt" de l'animal par laquelle on me fit savoir que la pauvre créature aurait appartenu à une dame âgée. A son décès, la chatte aurait été jetée à la rue en plein hiver... Elle aurait erré
tristement devant les fenêtres closes de son ancien domicile, à moitié morte de faim...
Je me suis efforcée depuis lors de garantir gite et couvert à ma pensionnaire qui devait intégrer un refuge situé à une centaine de kilomètres de Paris. Mais une grève SNCF retardant son
transfert, j'ai volontiers accepté de lui porter secours, après être parvenue à démasquer la dépositrice du paquet (elle avait tenté de se preêter au sauvetage, mais se trouvait prise de
cours).
Je conviai la  salvatrice à une conversation au cours de laquelle elle m'affirma que la chatte (qui demeurait terrée dans ma penderie et ne s'en extirpait que furtivement pour vider son
plat, en s'assurant de mon absence), avait été habituée aux relations humaines et QU'ELLE AVAIT ETE STERISLISEE...
Les jours se transformant en semaines, je ne manquai pas de remarquer, à la faveur de brèves entrevues avec ma pensionnaire, que d'irrévocables changements étaient en cours.
J'avais cru bon l'alimenter en croquettes "spéciales chat d'intérieur". Bientôt, je tme rpis à trouver plus approprié d' ajouter des pâtés en quantité de plus en plus importantes.
..
Un matin, je crus avoir gagné la confiance de mon invitée qui se frotta contre mes jambes. Sa silhouette n'accusait pas de rondeurs excessives et pourtant, mes soupçons m'ammenèrent à lui
interdire l'accès à ma penderie dont je pris soin de fermer la porte, et à lui offrir un couffin en laine polaire que je plaçai sous le lit de la chambre inoccupée.
Lors de ma visite de la soirée, alors que je me préparai à livrer le repas du soir, mon invitée se présenta à ma rencontre et se dirigea vers son plat, mais je fus accueillie par des
sifflements, puis par des feulements mêlés de grognements sourds des plus dissuasifs. Je compris qu'ils étaient là, dans le couffin prévus à cet effet. Mais mon invitée ne me laissa pas le loisir
d'en distinguer quoi que ce soit ... : elle se précipita sur moi en grognant et s'accrocha à mes jeans avant de retomber sur ses pattes...prête à reitérer son exploit. je refermai la
porte. Le lendemain, coup d'oeil rapide en direction du couffin. Un petit chat roux gisait à côté, miaulant désespérément. Quelques heures plus tard, il avait réintégré le panier. Le lendemain,
même scénario : un chaton noir cette fois. Le couffin a été déplacé dans un coin que la mère a jugé plus sécurisant. Ils sont maintenant âgés d'une semaine, et à ma connaissance je ne déplore
aucun décès (pas de miaulement, mais pas de découverte macabre non plus...à moins que ...
Je me risque chaque jour - hâtivement - à veiller à ce que la petite famille ne manque de rien, eau propre, bouchées de viande (550 gr par jour, est-ce suffisant ?)... Mais mes incursions sont de
plus en plus mal interprêtées par la mère de famille qui siffle, crache et ne me laisse que le temps de déposer la nourriture avant de se jeter sur la porte.
Il ne m'a pas été posssible de nettoyer la litière depuis maintenant deux jours.
Je contacte un vétérinaire demain pour lui demander des conseils. M'écoutera-t-il ?



Velenna 26/04/2010 11:19



Un vétérinaire digne de ce titre devrait t'écouter ou t'orienter vers un comportementaliste pour t'apporter les conseils nécessaires à la gestion de cette situation délicate.


 


S'il s'agit vraiment d'une chatte socialisée, comme ma Dentelle, après une période probatoire proportionnelle au traumatisme que son "abandon" a provoqué, elle t'accordera sa confiance et
retrouvera un comportement normal. Tu pourras alors envisager de l'adopter ou de la placer.


 


Mais dans la situation actuelle, les conseils d'un professionnel sont nécessaires pour pouvoir "maîtriser" la mère afin d'accéder aux chatons. Pendant les deux premières semaines, il ne faut pas
les toucher mais pour qu'ils s'adaptent aux humains, ils doivent avoir été manipulés entre 2 et 7 semaines. Sinon, comme mon Dooggy, ils resteront craintifs et peu affectueux ce qui compromettra
leur placement.


 


C'est une histoire très émouvante et je suis très admirative de la façon dont tu assumes ce sauvetage.



Armide 26/04/2010 07:58



Les acrobates s'entraînent. Ils ont besoin de bons repas !



Velenna 26/04/2010 11:22



Mes petits acrobates sont aussi des gourmands. Ils doivent garder en mémoire les manques de leur vie d'errance !



Présentation

  • : Le blog de Velenna
  • Le blog de Velenna
  • : Des chats craintifs me sont confiés en famille d'accueil par des associations afin de les sociabiliser avant de les proposer à l'adoption. Ce blog me permettra de les présenter à leurs futurs adoptants et de maintenir le lien. Les nouveaux maîtres sauront qu'ils peuvent compter sur moi en cas de problème et c'est un bonheur pour les familles d'accueil de voir leurs petits pensionnaires s'épanouir dans leur nouveau foyer.
  • Contact

Profil

  • Velenna
  • Je découvre avec bonheur qu'il y a une vie après la retraite et qu'il faut se dépêcher de la savourer.
  • Je découvre avec bonheur qu'il y a une vie après la retraite et qu'il faut se dépêcher de la savourer.

Les chats selon MAE

      Pour admirer tous les chats de Mae, cliquer ici

Recherche

IMPORTANT

 

Visitez le site
 
justice pour le animaux






ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner


Un PETIT geste...
pour une GRANDE cause

Un CLIC pour SAUVER les animaux !

Archives

Pour éviter la misère féline

 

 

Adoption chien, chat et rongeur 

 

Citations

Les chiens ont des maîtres, les chats ont des serviteurs. (Dave Barry)

J'aime les chats parce qu'il n'y a pas de chats policiers. (Jean Cocteau)

Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats. (Albert Schweitzer)

Parce qu'on le caresse et le nourrit, le chien pense que nous sommes Dieu ; parce qu'on le caresse et qu'on le nourrit, le chat pense qu'il est Dieu.

On ne choisit pas un chat, c'est lui qui vous choisit. (Jacques Laurent)

La devise du chat : qu'importe ce que tu as fait, essaye toujours de faire croire que c'est la faute du chien. (Jeff Valdez)

Les gens qui haïssent les chats seront réincarnés en souris. (Jim Willis)

Ronronnements de fierté

 

Tag-copie-1.jpg

 

"I love your blog"

 

 

"Lemonade stand award"

  

 

 

aux Chats du Maquis

à Mamounette

à Gotrekounette

 

 

Visites